mardi 21 juillet 2015

Fête nationale belge: les expressions bien d'chez nous


Aujourd'hui c'est le 21 juillet, et c'est la fête nationale en Belgique, même Google y a pensé. Alors amis et amies belges d'ici et d'ailleurs: bonne fête ! Pour l'occasion, j'ai décidé de partager avec vous quelques mots et expressions typiquement de notre plat pays, à prononcer avec votre meilleur accent belge, ou quelque imitation que ce soit. C'est parti pour la leçon.


       Être nareux


Un nareux, ou une nareuse, c'est celui qui ne boira pas dans le même verre que quelqu'un, du moins pas après lui. Et on ne retourne pas dans le plat avec ses couverts déjà utilisés, question d'hygiène.




       Les douilles


En Belgique, c'est comme ça qu'on appelle les orteils ou doigts de pied. C'est bien simple, sur chaque pied, y'a la grosse douille, la petite douille, et les 3 douilles au milieu.

Exemple de phrase: "J'ai mal à ma p'tite douille !"




       Un kot


Un terme que tous les étudiants belges connaissent: le kot. C'est en fait le logement dans lequel ils vivent la semaine lorsqu'ils sont à l'université, avant de rentrer le week-end chez papa maman. C'est un mot qui vient du flamand et qui veut dire "placard", ce qui montre bien qu'un kot étudiant n'est généralement pas très grand.

Du coup, toute une déclinaison s'est faite autour de ce mot: l'étudiant est un kotteur, il kotte parfois avec d'autres étudiants, des co-kotteurs, pour se permettre un kot plus grand: un comu (kot communautaire). Il existe des immeubles de kots construits dans ce but, mais aussi pas mal d'habitations transformées en kots, qui offrent du coup une grande diversité de tailles et de lieux, qui font toute l'originalité des kots.




       La drache


La drache, c'est presque un symbole belge à elle toute seule. Vous savez, cette pluie qui transperce même vos vêtements, et qui vous donne l'impression que la Mer du Nord tombe du ciel d'un coup, pile sur vous ? C'est ça, la drache.

Exemple de phrases: "On a eu la drache nationale cette nuit", "Il a bien draché"
(On peut aussi dire qu'il pleut des cordes.)




       Une rawette

Souvent utilisé avec la nourriture, ça veut simplement dire "un peu". Si à un anniversaire, on vous demande si vous voulez de nouveau du gâteau, vous pouvez dire "Allez oui, juste une rawette". Idem pour le lait dans le café: "Juste une rawette de lait". Ca marche avec à peu près tout, en passant par la purée, la grenadine, ou la sauce sur votre tranche de rôti.




       Des Nic-Nac


J'ai été un peu étonné en préparant cet article de découvrir que les Nic-Nac étaient principalement belges, tellement je pensais que c'était universel. Ce sont des petits biscuits tout simples, mais super bons, en formes de lettres et de chiffres, avec lesquels je m'amusais à faire des mots quand j'étais petit. Et évidemment, quand vous n'avez pas toutes les lettres, vous remplacez le N par un Z, le L par un 7 à l'envers, et vous croquez dans le 1 pour faire un I. #astucieux



       Tantôt


Alors celui-là, c'est celui pour lequel j'ai eu le plus de réflexions du genre "T'as dit quoi ? Mais si, le mot que tu viens de dire là, juste à l'instant ?"

A tantôt, c'est quand on se retrouve avec quelqu'un plus tard dans la journée, c'est donc l'équivalent de "A tout à l'heure".





       La clinche (ou la clanche)


Bien insister: cliiinch' ou claaanch'

Ne fonctionne en général qu'avec les portes des maison: il s'agit en fait de la poignée de porte. Mais ça m'est déjà arrivé de l'utiliser pour une portière de voiture, par exemple. Et on en a même fait un verbe: "Mince, je sais plus si j'ai fermé la porte à clé. Tu peux aller clincher pour voir ?"



       Ca m'a bien goûté


Après un bon repas, un dessert, une boisson particulièrement sympa, en tout cas quelque chose qui vous a vraiment fait plaisir de déguster: le traditionnel "Ca m'a bien goûté".

A noter qu'ici, il y a 2 typicités belges: "Ca m'a goûté" et "bien". Personnellement, je mets un 'bien' devant énormément de choses, pour remplacer 'beaucoup', ou 'très'.
Exemples: "C'est pas bien loin", "C'est pas bien compliqué", "C'était bien bon, ce repas", "Elle est bien sympa, cette chaise de bureau", "Faut être bien bête pour accepter ça", et déclinable de mille et une façons.



       Les crolles


Mesdemoiselles, dédicace à celles dont les cheveux forment naturellement de superbes boucles... Ici, c'est des crolles. Tout cheveu qui s'aventure à frisotter ou onduler d'un quart de tour est rangé dans la catégorie des crolles, rejoignant tous les crollés et toutes les crollées qui s'y trouvent. On ne dit toutefois pas à un fer à croller, il ne faut pas pousser :)




J'espère que cet article vous a plu, que vous avez peut-être même appris des choses, et si vous connaissez d'autres mots belges, ou typiques de votre région, n'hésitez pas à partager avec un commentaire !




9 commentaires :

  1. Aha, j'aime ce dévoilé fuguasse de culture belge. Ca me plaît, c'est intéressant et drôle en même temps :-). Que demandez de plus, mis à part : "il est ou le "une fois" ?"
    PS : ça me donne envie d'en faire un pour les expressions savoyardes ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le "une fois" n'est simplement pas propre à toute la Belgique, c'est surtout un truc de flamand (vers Bruxelles surtout) mais ça se dit de moins en moins ;)

      Supprimer
  2. J'ai adoré lire !

    J'ai vécu 3 ans en Belgique (Liège) et bien que 200km nous séparent, j'ai parfois eu du mal à vous comprendre... Tantôt, je l'ai toujours utilisé tant pour parler du passé que du futur proche. "Drache" fait partie de mon vocabulaire depuis que je suis revenue en France. J'utilise également "la clanche" mais moins en verbe. Les Nic-Nac ne me parlent absolument pas et je n'étais pas au courant pour les crolles. J'utilise plus "douille" dans le sens "J'ai mal". Je suis néreuse (j'ai récemment découvert que nareux était national tantdis que néreux se limite à la région).

    Ma Best qui est parisienne, a parfois du mal à me comprendre (en même temps, le parlé lorrain en a de bien bonnes lol). Et je ne te parle pas du patois vosgien de ma belle-mère ^^"

    Et bonne fête !

    RépondreSupprimer
  3. Très chouette article! Après quelques discussions passionnées avec des français, je peux te dire que le mot "farde" est typiquement belge et qu'on n'a pas du tout la même utilisation des termes en ce qui concerne le linge de maison. Je me suis ainsi retrouvée à expliquer qu'on n'utilise pas de torchon pour essuyer la vaisselle mais un essuie-vaisselle, qu'on utilise les torchons pour laver par terre et que le Sopalin, en Belgique, c'est du papier essuie-tout! :) ça me fait aussi penser que même en Belgique, on ne parle pas toujours de la même chose avec le même mot. Je viens de Mons, ma meilleure amie de Liège et quand elle parle de "chiques", elle parle de bonbons alors que pour moi, ce sont des chewing-gums. La beauté de la langue franco-belge ;)

    RépondreSupprimer
  4. Mouhahahah j'adore! J'aime bien nos 'tites expressions bien de chez nous! Par contre, pour "douille", je pense que c'est assez typique de notre province car mon monsieur est du Brabant Wallon et lui ne connaissait pas du tout le terme "douille" dans le sens d'orteil. J'en revenais pas d'ailleurs, je pensais que c'était juste lui et en fait bah non ... j'avais posé la question à ses potes et eux non plus ne savaient pas XD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil dans le Hainaut, après je sais pas si c'est juste nous (parce que je le disais aussi en France, où dans ma région "douiller" c'est avoir mal) ou si ça se dit dans la région, mais pour nous, une douille c'est un coup, une gifle. Genre on dit "j'vais t'foutre une douille, tu vas pas comprendre ce qui t'arrive m'fieux !".

      Supprimer
  5. C'est trop mignon les douilles.
    Chez moi, les enfants ont rebatiser les orteils du nom de chacun des membre de la famille: Papa, Maman, E., Ch et Cl..
    Bises
    Ciloucr

    RépondreSupprimer
  6. "Il drache" on le dit aussi dans le Nord de la France aha, idem pour la clinche. Le reste je ne connaissais pas du tout (à par "tantôt" mais je pensais que c'était surtout au quebec qu'on disait ça)

    RépondreSupprimer
  7. Salut, je ne suis pas de Belgique, plutôt du Nord (l'Afrique du Nord si vous voyez, Pieds-Noirs et Compagnie), mais mon Papa était Prof de lettres et on parlait un Français assez "orthodoxe", sauf que, mon Papa étant Auvergnat à la limite du Bourbonnais, on passait les vacances d'été dans la cambrousse et on enrichissait notre vocabulaire (lui il parlait aussi bien le patois d'Oc que le patois d'Oil). Sans compter les visites des cousins de banlieue Parisienne !
    Une "clanche" est un terme tout à fait officiel pour désigner le bitonio qui ferme la porte. On reste donc dans le paysage, mais la Belgitude y ajoute un verbe car si "enclancher" existe en Français, il n'y a pas "clancher", merci pour l'enrichissement.
    "Douiller" je l'entends souvent dans le sens de "payer" au sens propre "combien ça douille ?" surtout si c'est cher, "ça douille un max !". Au sens figuré "douiller" = payer dans sa chair = "morfler". Par exemple "prendre une douille" = s'électrocuter (normal, une douille électrique ...), mais aussi "prendre un PV" = "j'ai pris une douille (une prune, un papillon) en me garant en ville" ce qui rejoint le sens de "payer".
    "Tantôt" est très souvent utilisé en province avec exactement le même sens = "tout-à l'heure". Par exemple "t'as besoin d'un coup de main ? j'arrive tantôt" ou bien "il est venu tantôt et il est reparti".
    "Bien" a remplacé le "vachement" de mon enfance, en moins enthousiaste, en plus délicieux : "c'est bien bon". Mais aussi "c'est pas bien compliqué", "c'est pas bien loin" etc ... mais si c'est fréquent en province, c'est peut-être moins courant à Paris où tout est plus abrupt, pas bien doux en somme !

    RépondreSupprimer